a voix haute

Si jamais vous ne savez pas quoi regarder cet été sur Netlfix, je vous recommande le film-documentaire réalisé par Stéphane De Freitas et Ladj Ly « À voix haute : la force de la parole ». Sorti en 2016, vous l’avez même peut-être déjà vu. Si ce n’est pas le cas, foncez les yeux fermés !

La parole est une arme

A priori, on a tous connu ce moment un peu stressant de devoir prendre la parole en public. Jamais très agréable de se sentir jugé et de perdre ses moyens devant une assemblée. Pourtant, grâce à ce documentaire, on se rend compte que la parole est une arme. Plus vous avez de vocabulaire, plus vous serez capable, grâce à des techniques précises, de convaincre une assemblée tant que vous avez des arguments et que vous mettez assez de force dans ce que vous dites.

Le documentaire suit 30 étudiants qui se préparent pendant 6 semaines à devenir le « meilleur orateur du 93 ». 44 heures de formation à la joute oratoire, à l’art de la rhétorique, à la prise de parole en public pour apprendre à jouer avec les mots, postures, et rythmes. Avec comme ligne d’arrivée le concours Eloquentia. Organisé chaque année à l’Université de Saint-Denis, le concours « Eloquentia », ouvert à tous, permet à des étudiants de cette université issus de tout cursus, de prendre la parole en public. Le gagnant du concours peut jouir d’une bourse d’études, mais c’est secondaire. Ce qui importe, c’est la rhétorique, le lyrisme, la créativité, la conviction.

J’ai toujours beaucoup aimé le Slam, l’occasion ici de découvrir ou redécouvrir Loubaki Loussalat, et d’écouter « J’invoque l’eau » ou son Slam pour la France. Comme quoi tout est question de phrasé.

Admirative

Voilà ce que j’ai ressenti en découvrant Eddy, Souleïla, Franck, Elhadj, Leila et leurs comparses. Ces jeunes qui sortent de leur zone de confort et prennent leur courage à deux mains pour faire entendre leur voix qui n’a pas toujours pu raisonner et essayer, pourquoi pas, de changer de vie.

Tous ont choses à dire et l’envie féroce d’être non seulement entendu mais écoutés. Alors les langues se délient, les syllabes prennent vie, les gestes appuient les mots. Et ce qui n’était qu’un outil se transforme en arme.

Optimiste et engagé

Parce qu’il permet de donner de l’écho à ceux et celles que l’on entend peu, ce concours est aussi un formidable moyen de lutter contre l’inégalité des chances et une machine à découvrir des talents. La preuve avec Eddy Moniot qui s’est fait repérer par Edouard Baer lors de la finale et qui désormais joue son propre spectacle.

Merci à Stéphane de Freitas et Ladj Li de m’avoir mis une petite claque. Une claque qui réveille, qui secoue avec optimisme, qui motive à se lever le matin avec autant d’entrain que ce dont ces jeunes font preuve, avec autant de détermination pour aborder les épreuves. Car ce que je retiens de ce docu, c’est aussi que l’important n’est pas de gagner, mais de travailler et de se donner les moyens d’y arriver. Car le meilleur n’est pas à venir, il faut aller le chercher 😀


Pour ne rien louper : instagram | facebook | twitter

Share: