Hello la Planète ! Je vous avais un peu (sur)vendu la rubrique Lecture de ce blog l’année dernière à peu près à la même époque .. ! C’est pas un manque de temps, c’est juste que lis beaucoup moins en ce moment et ce depuis quelques mois. Alors forcément, j’ai moins de coups de cœur (voire pas du tout) et pas d’articles à vous écrire 🙂 CQFD
C’était sans compter sur la rentrée littéraire de l’hiver (mmmh on ne se parle pas de ce concept si?) et le dernier petit de Delphine de Vigan. Je l’avais vu apparaître un peu sur les Internettes sans vraiment m’y intéresser. Et un soir de la semaine dernière j’ai décidé d’aller le « feuilleter » sur ma liseuse par curiosité.. Le feuilleter sur sa liseuse c’est un peu comme quand vous êtes chez Mollat (Big up Bordeaux) et que vous lisez les premières pages par exemple, sauf que là vous êtes dans votre canapé et vous avez l’immense privilège d’en lire un extrait pour voir si ça vous plait suffisamment pour lâcher près de 12 balles. Il m’aura fallu une page pour tapoter du bout de l’index le petit bouton « Acheter ». J’étais happée, lecture lancée !

les loyautés delphine de vigan

Auteure : Delphine de Vigan
Editeur : Lattes
Nombre de pages : 208 pages
Date de parution : 03/01/2018

Résumé

« J’ai pensé que le gamin était maltraité, j’y ai pensé très vite, peut-être pas les premiers jours mais pas longtemps après la rentrée, c’était quelque chose dans sa façon se tenir, de se soustraire au regard, je connais ça, je connais ça par coeur, une manière de se fondre dans le décor, de se laisser traverser par la lumière. Sauf qu’avec moi, ça ne marche pas ». Théo, enfant du divorce, entraîne son ami Mathis sur des terrains dangereux.
Hélène, professeur de collège à l’enfance violentée, s’inquiète pour Théo : serait-il en danger dans sa famille ? Quant à Cécile, la mère de Mathis, elle voit son équilibre familial vaciller, au moment où elle aurait besoin de soutien pour protéger son fils. Les loyautés sont autant de liens invisibles qui relient et enchaînent ces quatre personnages.

Les loyautés est un roman choral à plusieurs personnages, très court et facile à lire (et ce n’est pas une critique). Il ne vous faudra pas plus que quelques heures pour en tourner la dernière page. Les chapitres alternent les points de vue des différents personnages, Théo, Mathis, Hélène et Cécile dont les destins et les souffrances se croisent : chômage, divorce, alcoolisme, dépression, solitude. Entre obsessions, démons, intuitions, doutes, peurs, faiblesses, c’est encore la Société qu’a voulu explorer Delphine de Vigan.

Et derrière le sujet principal de la souffrance de Théo, De Vigan traite en fait surtout des liens invisibles qui relient les êtres et ces fidélités silencieuses que l’on semble s’imposer à soi-même; les loyautés. Loyautés de l’amitié enfantine, d’un fils envers son père, d’un professeur envers son élève, d’une femme envers son mari …  De Vigan conserve son art de mettre des mots sur d’innommables émotions et comportements.

Delphine de Vigan soulève cette fameuse réflexion : connait-on vraiment son entourage ? Un peu comme ces gens interviewés que vous voyez sur BFM quand ils découvrent que leur voisin est un tueur en série, vous l’avez ? Sauf que de Vigan le rapproche à votre cercle le plus proche. Vous pensiez connaitre votre mari ? Vous pensiez connaitre votre fils ?

             

L’écriture de Delphine de Vigan est toujours aussi léchée et rythmée. Mais ce roman me laisse un énorme goût d’inachevé. Même si les histoires de Théo, Hélène et Cécile me poursuivront un petit moment, je le trouve presque bâclé sur la fin alors que le début du livre m’avait enchanté malgré sa noirceur .. Pourquoi ne pas avoir écrit 100 ou 150 pages de plus ? Pourquoi ne pas avoir fouillé plus que ça encore les personnages ? Pourquoi ne pas être allée au bout des histoires ? Pourquoi ne pas avoir approfondi le harcèlement sexuel et la violence anonyme des réseaux sociaux ? Beaucoup de questions sans réponse mais l’important c’est que je vous le recommande, vraiment, parce que les thèmes abordés sont nécessaires, et puis vous n’aurez peut être pas le même ressenti que moi finalement !

 


Pour ne rien louper : hellocoton | instagram | facebook | twitter

Share: