Ola Ola les petits churros. Aujourd’hui, je vais vous parler séries et pour changer je vous avoue que je me suis un peu laissée convaincre par mon chéri qui a déboulé un soir avec un puissant “Aujourd’hui on commence la Casa de Papel, ils disent [sur les Internettes] “Si vous aimez Ocean’s Eleven et Tarantino, vous aimerez La Casa de Papel”« . Bon du coup en une phrase j’étais convaincue 🙂

Le pitch officiel c’est ça : Huit voleurs font une prise d’otages dans la Maison royale de la Monnaie d’Espagne, tandis qu’un génie du crime manipule la police pour mettre son plan à exécution.

La série, initalement diffusée sur Antena 3 en Espagne, est distribuée depuis la fin d’année dernière par Netflix. Aucune campagne de com mais un bouche à oreille qui fonctionne à merveille. Et je vous le dis tout de go, c’est LA bonne surprise de ce début d’année en matière de série télévisuelle !

– 1 – Pour le pitch et le suspens

Clairement, on est au coeur d’un braquage de haut vol ! C’est pas vraiment un thème très nouveau je sais, mais le fait que nous passions toute la saison à l’intérieur de la Maison de la monnaie rend l’intrigue plutôt intéressante. Un homme appelé “Le Professeur” recrute huit malfrats qui n’ont plus rien à perdre pour faire le casse du siècle dont la règle d’or sera “Ne pas faire couler le sang”. Le délire du mec ? Enfermer les huit braqueurs dans la Maison royale de la Monnaie d’Espagne avec des dizaines d’otages assez longtemps pour qu’ils aient le temps d’imprimer leurs propres billets, pendant que lui, resté à l’extérieur, orchestre toute l’opération depuis l’extérieur. Vous l’aurez compris, ils ne volent donc l’argent de personne. Avouez que ça déchire !
Bon en plus, les petits malfrats ont chacun un nom de ville comme nom de scène, c’est peut être un détail pour vous, mais j’ai trouvé ça génial. Nous voilà donc plongés dans les coulisses du casse avec Tokyo, Nairobi, Río, Moscou, Berlin, Denver, Helsinki et Oslo qui se préparent à toutes les issues possibles (est-ce que le Professeur a anticipé tous les mouv de la police? Le suspens reste entier).

– 2 – Pour la réalisation

J’avoue que la réal a vraiment participé au fait que j’ai vraiment accroché à la série je pense. La réalisation des épisodes oscille entre flashbacks de la préparation du braquage et le braquage en lui-même. Le tout porté par la voix-off de Tokyo. Les images sont belles (les masques de Dali et les combi rouges aident pas mal) et le tout est sublimé par la bande son. La tension monte au fil des épisodes avec de jolis cliffangher. Autant vous dire que vous aurez envie d’enchainer les épisodes comme quand vous commencez à manger des m&m’s et que vous n’arrivez plus à vous arrêter.

La Casa de Papel

– 3 – Pour le Casting

La Case de Papel c’est aussi un casting complètement inconnu, enfin au moins pour moi. Et pour autant, les acteurs sont tellement bien choisis et jouent tellement bien que vous finirez par vous attacher à eux et à espérer fortement qu’ils s’en sortent alors que ce sont eux les méchants. Et c’est là aussi toute la filouterie de la série : la frontière très très fine entre le Bien et le Mal !

La Casa de Papel

© Atresmedia

Le ttuc encore plus coolos c’est que Netflix a annoncé le suite de La casa de papel pour le 6 avril. Alors oui, il y a des raccourcis scénaristiques et quelques grosseurs .. Mais franchement, ce serait dommage de passer à côté ! Bon binge-watching 🙂


Pour ne rien louper : hellocoton | instagram | facebook | twitter

Share: